Constitution

La Société Minière du Kindu (Somikin) fut fondée le 17 septembre 1931, son capital à l’origine était de 2.500.000 de francs représenté par 5.000 actions de 500 francs. Le siège social était établi à Kindu, le siège administratif était à Bruxelles.

Sur les 5.000 actions, 4.000 actions furent souscrites par :

Compagnie Générale des Mines, 1.596 actions ; Société Industrielle et Minière du Congo Oriental, 1.599 actions ; Etienne Asselberghs, 1 action ; Hippolyte de Mathelin de Papigny, 800 actions ; Marcel Jacques, 1 action ; Paul Seigneur, 1 action ; Georges Ugeux, 1 action ; Paul van den Ven, 1 action.

Les titres souscrits furent libérés de 20% et une somme de 400.000 fut mise à la disposition de la société.

Les 1.000 actions restantes entièrement libérées furent attribuées à la Compagnie Générale des Mines et à Mr de Mathelin de Papigny pour apport de leurs études, recherches, acquisitions de droits miniers, notamment des permis exclusifs de recherches pris dans les bassins des rivières Elila et Ulindil.

Premier conseil d’administration

Pour la première fois, le nombre d’administrateurs fut fixé à sept :

Etienne Asselberghs, Hippolyte de Mathelin de Papigny, Paul van den Ven, Paul Seigneur, Georges Ugeux, Marcel Jacques, Gustave d’Antrimont.

Mrs Urbain Vaas et Emmanuel de Ber de Laer furent nommés commissaires.

Objet

Objet principal : organiser au Congo belge des prospections et des recherches en vue de découvrir, reconnaître, étudier, acquérir tous gisements de quelque nature qu’ils soient, s’assurer tous droits miniers sur les dits gisements et préparer leur mise en valeur ;

En ordre secondaire, pour elle-même et pour compte de tiers, traiter toutes opérations minières, industrielles, immobilières ou financières se rattachant à l’objet ci-dessus, créer toutes sociétés, constituer toutes entreprises se rattachant directement ou indirectement aux exploitations minières ou à toutes opérations ci-dessus mentionnées et notamment le transport, le traitement de produits ou l’organisation commerciale, pour leur assurer des débouchés ;

L’exploitation minière, le traitement des minerais ou produits des mines envisagées ci-dessus ne pouvant être effectués que par des sociétés filiales ;

Egalement et accessoirement s’intéresser par voie d’apport, de fusion, de souscription, de participation, d’intervention financière ou sous toute autre forme dans toute société ou syndicat ou entreprises existantes ou à créer, dont l’objet était analogue ou connexe ou qui serait de nature à lui faciliter l’utilisation de ses propriétés, concessions et droits divers, ainsi que leurs produits (12-(06-07-08/04/1931)-4072).

Modification du capital, évènement(s), participation(s), dividende(s), cotation, etc.,
 

La société eu pour objet la recherche des mines dans la région ouverte à la prospection publique de la Compagnie des Chemins de Fer du Congo Supérieur aux Grands Lacs Africains qu’avait entrepris les syndicats Elila et Ulindi avant la constitution de la Société Minière de Kindu « Somikin ».

Au cours de l’année 1931, la Société porta son capital à 4.000.000 de francs par la création de 3.000 actions de 500 francs, la Société Industrielle et Minière du Congo Oriental prit une participation dans cette augmentation.

La même année, la Société s’assura la propriété de plusieurs gisements aurifères et stannifères qui parurent importants et riches. Les essais d’exploitation commencés fin 1931, dans le bassin de la Haute Kama, avec des moyens rudimentaires et à petite échelle, prouvèrent la valeur du gisement. La production d’or en grains et pépites obtenue sur les 3 premiers mois de 1932 était d’environ 60 kg. Les terrains concédés à la Somikin avaient une superficie de plus de 600.000 hectares.

La Somikin constitua avec un groupe important deux syndicats (l’un des gisements aurifères, l’autre stannifères) auxquels elle fit apport de ses droits miniers et qui eurent pour but de poursuivre en commun les recherches minières et de constituer chacun une société d’exploitation.

La Société Minière de Kindu conserva un intérêt de 75% dans ces syndicats. L’entreprise des travaux fut confiée à la Société Minière de la Tele (21-(1932 t3)-369).
 
En 1932, la Société décida la création de 800 actions de dividende qui furent réparties gratuitement entre les actionnaires à raison de 1 action de dividende pour 10 actions de capital (21-(1955 t4)-3629).
 

Le 29 mars 1933, la Société « Les Mines d’Or de Kindu (Kinor) » anciennement Syndicat pour la recherche et le développement des gîtes aurifères fut constituée avec un capital de 5 millions ; les actionnaires principaux furent l’Intertropical-Comfina, la Compagnie des Chemins de Fer des Grands Lacs et la Somikin qui prit une participation de 3 millions de francs. L’entreprise des travaux fut confiée à la Compagnie Belge d’Entreprises Minières « Cobelmine ». La Somikin détenait également une participation dans la Sorekat Société de Recherches Aurifères au Katanga (21-(1935 t3)-213 et 14).

Dans le courant de la même année, le syndicat pour les gisements stannifères fut transformé en société d’exploitation qui prit la dénomination « Mines d’Etain de Kindu (Kinetain) » avec un capital était de 5 millions dont la Somikin reçu 1.875.000 francs en actions entièrement libérées ; en plus, elle souscrivit 1.125.000 francs ce qui porta sa participation à 60% du capital dans cette nouvelle société. Ces deux filiales enregistrèrent des résultats très encourageants. La production était de 15 à 17 kg d’or et 10 à 13 tonnes de cassitérites par mois.

Pour son deuxième exercice, la Somikin distribua un dividende de 6% (21-(1935 t3)-215)
 
Le 8 novembre 1933, la Société décida d’augmenter le capital de 1 million pour le porter à 5 millions par la création de 2.000 actions de 500 francs souscrites en espèces. Le même jour, il fut créé, en outre, 200 actions de dividende qui furent réparties entre les souscripteurs de cette dernière augmentation et dans la proportion de 1 actions de dividende pour 10 actions de capital souscrites (21-(1955 t4)-3629).
 
Dans le courant de janvier 1937, la société procéda à une augmentation de capital de 3 millions de francs par la création de 6.000 actions de capital de 500 francs, le capital était alors de 8 millions de francs (21-(1937 t2)-1421).
 
Fin de l’exercice de 1937-38, le portefeuille de la Somikin était composé de 6.000 actions de capital de la Société Kinor ; 10.800 actions de capital de la Société Kinétain ; 320 actions de capital et 160 dixièmes de parts de fondateur de la Société Sorekat. La Somikin consacra son activité à la gestion de ses filiales, les Sociétés Kinor et Kinétain, ou elle possédait une participation de 60% dans le capital (21-(1938-t2)-1349).
 

Le 14 juin 1949, l’AG décida d’augmenter le capital de 10 millions pour le porter à 18 millions par incorporation au capital de la plus-value du portefeuille et par un prélèvement de 550.000 francs sur la réserve extraordinaire.

La même assemblée décida de modifier la représentation du capital et de supprimer toutes les actions existantes (actions de capital et de dividende) et de les remplacer par 36.000 actions de capital de 500 francs chacune. Les titres anciens furent échangés à raison de 3 actions nouvelles pour 2 actions anciennes et de 6 actions nouvelles pour 5/10ième d’action de dividende.

La même année, le 13 décembre, l’AG décida d’augmenter de nouveau le capital 12 millions pour le porter à 30 millions par la création de 24.000 actions de capital de 500 francs qui furent souscrites par la Compagnie Générale des Mines et la Société Industrielle et Minière du Congo agissant conjointement tant pour elles-mêmes que pour un groupe, à charge pour elles de les offrir au prix de 575 francs par titre y compris la prime d’émission et frais de 75 francs, par préférence aux anciens actionnaires, à titre irréductible, dans la proportion de 2 actions nouvelles pour 3 actions anciennes, et à titre réductible, pour les actions non absorbées par le droit de préférence.
 

Le 13 août 1953, l’AG décida de supprimer la valeur nominale des actions de capital et d’augmenter le capital de 45 millions pour le porter à 75 millions de francs par la création de 30.0000 actions nouvelles sdv qui furent souscrites par les anciens actionnaires au prix de 1.500 francs par titre, plus 85 francs pour frais. A titre irréductible dans la proportion de 1 action nouvelle pour 2 anciennes et à titre réductible pour les actions non absorbées par l’exercice du droit de préférence.

Cette augmentation permit à la Somikin de suivre l’augmentation de capital de la Société Les Mines d’Or et d’Etain de Kindu Kinorétain et d’y souscrire pour la totalité de ses droits.
 

Pour les mêmes raisons ci-avant, le 22 avril 1955, la Somikin procéda à une nouvelle augmentation de capital de 90 millions pour le porter à 165 millions de francs congolais par la création de 90.000 actions nouvelles au prix de 1.070 francs par titre, y compris 70 francs de frais. La souscription se fit à titre irréductible dans la proportion de 1 action nouvelle pour une ancienne et titre réductible pour les actions nouvelles éventuellement disponibles.

La même année, la Somikin prit une participation intéressante dans la Société Minière Surongo qui était également un des actionnaires de Kinorétain. La Somikin souscrivit également à l’augmentation de capital de la Surongo pour la totalité des droits attachés à sa participation.
 
La valeur du portefeuille au bilan du 30 septembre 1955 représentait 165 millions de francs congolais, l’activité de la Somikin consistait exclusivement dans la gestion d’un portefeuille comprenant : 310.420 actions de la Société Les Mines d’Or et d’Etain de Kindu (Kinorétain), 326 actions Société de Recherches et d’Exploitations Aurifères au Katanga (Sorakat), 500 actions Compagnie Belge d’Entreprises Minières (Cobelmin), 37 parts sociales Société Symétain et 95 actions série A de 1.000 francs Syndicat Minier Africain (Symaf) (21-(1955 t4)-3629 à 3633).
 
Suite à l’indépendance du Congo, la société opta pour le statut juridique belge en vertu de la loi du 17 juin 1960 et devint une société anonyme ; son siège social fut fixé à Bruxelles
 

Le 5 avril 1961, l’AG décida le remboursement de 85 francs net par action et le capital fut réduit de 15.300.000 francs pour le ramener à 149.700.000 francs belges qui ensuite fut réduit à 99.700.000 francs pour le ramener à 50 millions de francs, cette dernière fut justifiée par la perte subie sur certaines valeurs du portefeuille.

Le 12 décembre de la même année, l’AG décida de réduire le capital de 16.200.000 francs pour le ramener à 33.800.000 francs par remboursement de 90 francs à chacune des 180.000 actions. Ce remboursement fit fait avec le produit de la réalisation de divers éléments de l’avoir social.
 
Le 12 août 1964, l’AG décida de réduire le capital de 14.400.000 francs pour le ramener à 19.400.000 francs par remboursement de 80 francs par titre.
 

Le 8 juillet 1965, une nouvelle et dernière réduction de 14.400.00 de francs fut décidée ce qui ramena le capital à 5 millions par remboursement de 80 francs à chacune des 180.000 actions.

(21-(1970 t4)-2601 à 2603).
somikin
 
Dividendes et cours de l'action
 

Exercices clos en

Actions de cap.

1/10 div

1944 à 48

0

0

1949

90,25

96,40

1949

65 (1)

1950

56,50

1951

49,70(2)

58,65

1952

70 (3)

79

1953

70(4)

75

1954

49

(1) Exercice de 6 mois ; (2) Dividende intérimaire (49,70) ; (3) Dividende intérimaire (70) ; (4) Dividende intérimaire (70) 

Exercices clos en

Actions de cap.

 

Cours extrêmes

Actions

1955 *

24 (5)

40

 

1830

1375

1956

43

 

1445

863

1957

43

 

935

663

1958

43

 

745

555

1959

43

 

626

420

1960

25 (6)

20

 

483

180

1961

0

 

260

127

1962

0

 

129

70

 (5) aux actions n° 90.001 à 180.000 ; (6) Dividende intérimaire (25). 

*Les actions furent introduites à la Bourse de Bruxelles le 13 juin 1955 au cours de 1.450 francs.
 

Exercices clos en

Actions de cap.

 

Cours extrêmes

Actions

1963

0

 

116

80

1964

0

 

229

75

1965

0

 

216

120

1966

0

 

237

132

1967

0

 

284

166

1968

0

 

770

285

1969

0

 

744

465

1970

0

 

514

306

 

Après 1965, la Somikin procéda à quatre remboursements pour un montant total de 275 francs.
 
La Somikin ne distribua pas de dividendes pour les exercices de 1961 à 1970, ce n’est qu’à partir de 1971 que la distribution de dividendes repris jusqu’à l’absorption en 1986 par la société Entrema.
 
Le 5 novembre 1986, les titres Somikin furent échangés à raison de 2 actions Entrema coupon 8 att. pour 7 actions Somikin coupon 44 att (2-(1988)-130).

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

Exercices clos en

Actions de cap.

 

Cours extrêmes

Actions

1955 *

24 (5)

40

1830

1375

1956

43

 

1445

863

1957

43

 

935

663

1958

43

 

745

555

1959

43

 

626

420

1960

25 (6)

20

483

180

1961

0

 

260

127

1962

0

 

129

70