Constitution

Le Comptoir Commercial Congolais fut constitué le 1 juin 1904 pour faire suite à la société créée le 18 juillet 1895 avec un capital de 500.000 francs représenté par 2.500 actions de 200 francs dont un dixième fut versé à l’origine ; il fut créé, en outre 2.500 parts de fondateur.

Cette dernière fut dissoute et mise en liquidation le 24 février 1898 pour être reformée le même jour avec un capital de 500.000 francs représenté par 2.000 actions de 250 francs sur lesquelles un versement de 15% fut effectué, 2.000 parts bénéficiaires furent créées et réparties dans la proportion d’une part bénéficiaire pour une part de fondateur de l’ancienne société.

Le 24 mars 1902, le capital fut porté à 1.100.000 de francs par la création de 2.400 actions en faveur de l’Etat Indépendant du Congo pour une dette de 600.000 francs convertie en actions.

L’avoir social de la nouvelle société reconstituée en 1904 fut divisé en 4.000 parts représentées par des titres au porteur sans désignation de valeur.

En rémunération des apports décrits ci-après, les 4.000 parts furent attribuées aux porteurs des actions et parts bénéficiaires de l’ancienne société créée le 24 février 1898 en liquidation, à savoir :

Etat Indépendant du Congo 1.000 parts contre remise de 2.400 actions anciennes ;

Aux porteurs ci-après des 2.000 actions anciennes soit 1 part pour deux actions anciennes :

 

Noms des porteurs


Alexis Mols

Prosper Van Geert

William-Ford Schmoele.

Louis Hoeckle

Léonce Groetaers

Edmond-François-Pierre De Wael

Charles de Wael

Gauthier Villinger

Conrad Schlossberger

Arthur Van den Nest

Jean Walker

André de Wael

Frédéric Reiss

Actions


280

40

320

320

120

100

100

160

160

120

120

100

60

 

Et aux porteurs des 2.000 parts bénéficiaires anciennes soit 2.000 parts nouvelles.

 

Apport(s)

La S.C.R.L. Comptoir Commercial Congolais constituée le 26 février 1898, en liquidation, représentée par les liquidateurs et les porteurs d’actions ci-dessus, fit apport à la nouvelle société de la concession lui appartenant, formée par le bassin de la Wamba, conformément à ses arrangements avec l’Etat Indépendant du Congo, avec droits et obligations, ainsi que tout son actif et passif sans rien excepter.

Premier conseil d’administration

Le premier conseil d’administration fut composé de sept personnes, à savoir :

Mrs. Alexis. Mols, Prospert Van Geert, William Ford Schmoele, Louis Hoeckle, Léonce Groetaers, Edmond-François-Pierre de Wael.

Objet

Faire dans les limites les plus étendues toutes opérations commerciales d’importations et d’exportations, d’armements, d’exploitations commerciales et industrielles utiles ou nécessaires à son commerce ou à son industrie.

(12-(09/08/1895)-2445) (06/03/1898)-766) (15/01/1898)-210) (30/06/1904)-3538)).

Modification du capital, évènement(s), participation(s), dividende(s), cotation, etc.,

Si on reprend les activités des sociétés précédentes, le premier bilan de juillet 1896 accusait un bénéfice de 337.000 francs ce qui permis de distribuer un premier dividende de 5% aux actions et de 52,50 aux parts bénéficiaires. On voit également que trois autres exercices bénéficiaires permirent de distribuer des dividendes.

La société exploita, à partir de 1902, la concession du bassin de la Wamba pour un terme échéant en 1924. Sa principale activité était la récolte du caoutchouc.
 
En 1905, la société fut autorisée à occuper, à titre précaire, le sud du Kwango, y compris les postes de l’Etat, et la Cie Bruxelloise du Haut-Congo lui céda sa propriété de Muenesita sur le Kwango, moyennant 10% des bénéfices accusés par le Comptoir Commercial Congolais.
 

Le 5 novembre 1908, il fut créé 2.000 actions de 500 francs, 5% fixes, récupérables, et 2.000 parts nouvelles. Les actions furent émises au pair avec allocation d’une part par action. Le capital était alors d’un million représenté par 2.000 actions de 500 francs et 6.000 parts sdv.

Au rapport de 1909, la récolte de caoutchouc en 1908 était de 259 tonnes. La société avait 24 factoreries, 3 bateaux à vapeur et 12 baleinières. Elle avait organisé la récolte des rhizomes ou caoutchouc des herbes, sorte de racines qu’on trouve à 20 centimètres environ en profondeur et dont l’écorce donne de la gomme. Elle a recueilli 205 tonnes en 1908 (21-(1910 t1)-46/47).
 
Le 7 mars 1910, le Comptoir Commercial Congolais créa la Société Exploitation Industrielle du Caoutchouc au capital de 600.000 francs en 6.000 actions de 100 francs, entièrement souscrit par le C.C.C. (21-(1911 t1)-51).
 
L’AG du 9 décembre 1912 décida d’émettre un emprunt d’un million de francs en 2.000 obligations de 500 francs, elle décida également de créer 2.000 parts (5/5ième) qui furent attribuées aux souscripteurs des 2.000 obligations et 888 parts remises à la Société Bruxelloise pour le Commerce du Haut-Congo en remplacement de l’intérêt de 10% qui lui était due sur les bénéfices de la Société pour la cession de sa propriété de Muenesita (21-(1913 t2)-585). Le capital social était alors d’un million représenté par 2.000 actions de 500 francs entièrement libérées et 8.888 parts (5/5ième) sdv.
 
 cptoir commercial congo

 

Le 22 juillet 1914, il fut créé 8.000 parts, dont 4.000 destinées à remplacer la réduction de l’intérêt des obligations et 4.000 destinées à être échangées contre des obligations, la même année les 2.000 actions privilégiées furent échangées contre 4.000 parts et 2.400 parts furent remises à la Colonie du Congo belge contre renonciation à sa redevance annuelle de 30.000 francs. L’avoir social était alors représenté de 23.288 parts sociales entières divisées en 116.440 cinquièmes (21-(1919 t1)-2023)

 

De 1914 à 1918, Les mesures prises pour réduire les frais au strict minimum portèrent leurs fruits mais en 1917 un nouveau recul des prix du caoutchouc amena une perte ; de plus, les frais augmentèrent suite à la hausse des frais de transport, assurances, etc.

En 1918, sa filiale la Société pour l’Exploitation Industrielle du Caoutchouc par suite des frais élevés du transports et du traitement du rhizome dont les produits ne sont plus demandés, l’exploitation fut arrêtée ; le Comptoir Commercial Congolais repris l’actif et le passif de sa filiale (21-(1919 t1)-2024).
cours cptoir com congolais
  

Fusion, faillite, dissolution et mise en liquidation

Le 14 octobre 1919, la Société fut mise en liquidation et il fut fait apport de son avoir à la Compagnie du Congo Belge, qui prit à sa charge tout le passif et les frais de liquidation. L’échange des parts se fit à raison de 2 parts Compagnie du Congo Belge contre 15 cinquièmes de parts Comptoir Commercial Congolais. Cette fusion fut rendue nécessaire, par le fait que la Société devait se créer de nouvelles ressources afin de liquider sa dette en banque et de se constituer un fonds de roulement nécessité par l’accumulation des stocks en Afrique, à cause également de la pénurie des moyens de transports et de la crise du caoutchouc (21-(1920 t1)-1346).

 
 
 
 
 

 

 

Exercices clos en

Actions

Parts entières

Cours 31/12

(Act priv)

(Parts, 5ième)

1896

5%

52,50

1897

5%

1898

0

1899

5%

50

1900

0

1901

0

1902

0

115

1903

0

73

1904

 

   50

136

1905

60

182

1906

50

176

1907


0

135